Le tatouage au travail

Le tatouage est devenu une pratique très populaire depuis un certain temps si bien que presque tout le monde en porte. Cependant, malgré cela, il reste mal perçu par la société, surtout dans les lieux de travail où cela est le plus problématique. Quels sont les droits des salariés tatoués ? Un employeur peut-il leur imposer de dissimuler leur tatouage sur le lieu de travail ? Qu’en est-il de la jurisprudence ?


Ce que stipule la charte

 

Ce que stipule la charte

Ce que stipule la charte

Selon la Charte, la liberté d’expression prône. Cela inclut aujourd’hui les tatouages. Ainsi, les employeurs n’ont, en aucun cas, le droit d’obliger leurs salariés tatoués à dissimuler leurs tatouages. Toutefois, il existe une condition à cela : les tatouages en question ne doivent pas être offensants. Quelques années auparavant, le tatouage n’était réservé qu’à des personnes associées à la délinquance, la pénitence et autres étiquettes péjoratifs. Aujourd’hui, cela a changé. Le phénomène du tatouage atteint toutes les couches sociales sans aucune exception.

Le tatouage sur le visage

 

Le tatouage sur le visage

Le tatouage sur le visage

L’enjeu du tatouage au travail dépend également du contexte et du type de travail. Il existe par exemple une liberté de commerce dont joui l’employeur qui, dans certains cas, peut violer la liberté d’expression sans en être fautif. Aussi, un tatouage sur le visage et un tatouage discret dans la nuque peut être perçu différemment dans un contexte de travail dans la mesure où sur le visage, le tatouage pourrait offenser et choquer la clientèle. Cependant, un tatouage sur le visage ne peut en aucun cas être caché et l’enlever serait trop douloureux et couterait trop cher. Il n’y a donc aucune règle toute faite là-dessus et trancher sur le sujet est délicat et problématique.

Le code vestimentaire

 

Le code vestimentaire

Le code vestimentaire

Aujourd’hui, avec la tendance des tatouages, de nombreuses entreprises ont changé leur code vestimentaire afin que les employés montrent sans restriction leurs tatouages. C’est le cas de Tim Hortons et Starbucks qui font de leurs employés des heureux. Ils affirment en effet être soulagés de pouvoir arborer librement leurs tatouages si auparavant ils devaient les cacher à l’aide de chandails à manches longues même par temps de chaleur. La raison de ce nouveau code vestimentaire est simple chez Starbucks : la plupart des employés de la firme sont tatoués et le fait de leur avoir interdit de montrer leur tatouage sur leur lieu de travail suscitait de leur part de nombreuses plaintes. Cependant, toujours chez Starbucks, les tatouages sur le visage et dans le cou restent interdits. Il en est de même pour les tatouages véhiculant des messages obscènes et haineux, que les règlements de chez Tim Hortons et McDonald’s stipulent. Ces derniers autorisent depuis peu la visibilité des tatouages de leurs employés.


Le bandage

 

Le bandage

Le bandage

Bien que ces entreprises fassent aujourd’hui preuve de clémence et d’ouverture d’esprit tout en gardant une certaine éthique, cela n’est pas le cas partout, malheureusement. En effet, dans les secteurs formels, le sujet du tatouage reste encore tabou, voire même fâcheux. Dans le domaine de la finance par exemple, certains employés tatoués doivent se recouvrir entièrement le corps afin d’éviter de montrer leur zone tatouée. Ils ont ainsi recours au bandage pour ce faire, ce qui attire encore plus l’attention. Il serait peut-être temps pour les employeurs de certains secteurs de changer les règles concernant le tatouage vu que le phénomène n’est pas prêt de s’arrêter de si tôt. En même temps, cela reste problématique dans certains emplois spécifiques où l’image importe énormément.

Vous pouvez la mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire