Le guide réservé aux tatoueurs

On dit qu’un tatouage est réussi lorsque le motif souhaité correspond au motif ancré, mais aussi lorsque tout l’acte s’est passé dans le respect des règles d’hygiène et de santé. On qualifie ainsi le maitre d’œuvre d’excellent s’il remplit ces conditions dont les détails sont justement les suivants :


Les risques liés aux tatouages

Les risques liés aux tatouages

Les risques liés aux tatouages

A se faire tatouer, on peut risquer une infection, que ce soit par transmission croisée directe (contact direct ou par les mains), ou par transmission croisée indirecte, c’est-à-dire via un outil contaminé. Pour éviter que cela ne se produise chez le client, le tatoueur est tenu de suivre une formation en hygiène avant d’exercer le métier. Les mesures préventives qui suivent sont en effet une obligation pour tout bon tatoueur qui se respecte :

  • Un studio propre et désinfecté
  • Des mains propres, lavées par friction avec un gel hydro-alcoolique ou par lavage au savon antiseptique. Il est à noter que le port de bijoux en tous genres est interdit sur les mains. Par contre, le port de gants est obligatoire.
  • Une antisepsie cutanée doit être réalisée
  • Tout objet qui risqueraient d’être contaminés, soit par manipulation soit par contact, doivent absolument être protégés.
  • Le matériel utilisé doit être à usage unique et stérile. Quant aux encres, elles doivent être reconnues conformes au contrôle de la contamination bactérienne, avec une composition conforme au code de la santé publique.
  • Il faut aussi une technique de réalisation aseptique
  • Les déchets à risque infectieux doivent être pris en charge, dès la production jusqu’à l’élimination.

 

Tout sur le studio de tatouage

Tout sur le studio de tatouage

Tout sur le studio de tatouage

L’environnement dans lequel l’acte de tatouage se passe devrait être préservé et respecté. Un studio de tatouage comprend une salle d’attente, un poste de travail, un lieu fermé à clé pour stocker les déchets à risque infectieux (peut être remplacé par un meuble fermé à clé, nettoyable, qui sera alors uniquement réservé à cet usage), et enfin une pièce de stérilisation. Le poste de travail est la pièce stratégique d’un studio de tatouage. Il doit être tenu à l’abri du vent pour éviter les contaminations, bien séparé de l’accueil et à accès limité (uniquement réservé au tatoueur et au tatoué). Par ailleurs, cet endroit doit obligatoirement être équipé d’un point d’eau. Pour ce qui est du plan de travail, une surface lisse sans aucune rugosité est préférable (verre, plastique). Le fauteuil de  travail, lui, est à munir d’une surface lavable, tout comme le sol.

Le matériel de tatouage

Le matériel de tatouage

Le matériel de tatouage

Tout le matériel et les fournitures utilisés pour réaliser un tatouage doit essentiellement être à usage unique, stérile, et en conformité sanitaire. A défaut de se procurer du matériel à usage unique stérile, un modèle recyclable peut faire l’affaire mais devra nécessiter une stérilisation et une désinfection accrue avant et après chaque utilisation. Pour tatouer, il faut : des aiguilles pré soudés, manchons, buses, à usage uniques stériles ; des machines pour le tracé, le remplissage et l’ombrage ; une alimentation doté de câblage et d’une pédale ; d’un bac à ultra son, un produit détergent et désinfectant, une autoclave norme afnor EN13060, une gaine thermo soudable et soudeuse à gaine dédiés au matériel recyclable ; une eau stérile, de l’encre stérile et conforme au contrôle de contamination bactérienne ; des gants en latex ; du savon antiseptique ou une solution hydro alcoolique ; un film et du sachet plastique ainsi qu’une cordon d’alimentation ; de la vaseline ou tout autre corps gras ;  un gobelet à usage unique ; du caps pour l’encre; un essuie-tout à usage unique ; un rasoir à usage unique ; un sparadrap ; un pulvérisateur de nettoyant antiseptique pour la peau ; une lampe de travail ; une table de travail ; un fauteuil de travail ; une poubelle ; un container pour objet tranchant, coupant et piquant ; du détergent et du désinfectant de sols ainsi qu’un pulvérisateur de détergent et de désinfectant pour les hautes surfaces.


Avant le tatouage

Avant le tatouage

Avant le tatouage

Normalement, lors du premier entretien, le tatoueur devrait se renseigner sur l’état de santé du candidat à tatouer pour s’assurer qu’il n’y ait aucune contre-indication : allergie, grossesse, autres pathologies. Il est également de son devoir d’informer sur les méthodes à suivre, le matériel qu’il utilise, le déroulement de l’acte, ainsi que la faisabilité de son tatouage. Toutefois, le tatoueur doit, autant que possible, respecter le choix du motif souhaité par le candidat ; il peut en informer sur la signification, conseiller sur d’autres motifs possibles ou les emplacements idéales mais le choix final revient à son propriétaire. Un bon tatoueur s’engage en outre à ne jamais refaire un motif personnel et à garantir une absolue confidentialité. Enfin, il est de son devoir de bien informer son client sur les différents soins à observer, avant et après le tatouage, tout comme il est de son obligation de déconseiller sur la prise d’alcool, de drogues en tous genres et de médicaments. Il faut cependant noter que le tatoueur a le droit de refuser de produire un tatouage si le motif est contraire à son éthique personnel ; il doit, en contre partie, rediriger la personne vers un autre confrère qui réalisera sans problème le dit tatouage.

Le tatouage aseptique

Le tatouage aseptique

Le tatouage aseptique

Voici les différentes étapes de réalisation d’un tatouage aseptique :

– se laver les mains à l’aide d’un savon liquide en veillant à bien effectuer le savonnage pendant au moins une quinzaine de secondes. Le port de bijoux en tous genres, sauf les anneaux lisses, est interdit.

– appliquer le principe de bio nettoyage du poste de travail.

– protéger les objets usuels tels que la lampe, le pulvérisateur, etc. à l’aide d’un film ou d’un sachet plastique.

– préparer le matériel une fois que tout ait bien été vérifié (état et fonctionnement).

– protéger les machines et leurs câbles d’alimentation

– préparer un gobelet remplit d’eau propre pour rincer les buses entre deux couleurs différentes (ce gobelet est à usage unique).

– se laver les mains encore une fois, toujours de la même manière.

– désinfecter la zone de la peau à tatouer puis laisser sécher

– raser la zone à sec puis désinfecter à nouveau

– réaliser le motif au feutre chirurgical

– remplir les caps d’encre

– se laver les mains encore une fois en suivant toujours le même protocole

– enfiler les gants qui sont à changer toutes les 30 minutes en veillant à désinfecter les mains en les lavant à chaque retrait des gants.

– réalisation du tatouage

– trier les déchets

– nettoyer et désinfecter la partie de la peau fraichement tatouée

– appliquer une pommade antiseptique ou un autre corps gras sur le motif et recouvrir le tout d’une compresse.

Les consignes de soins à informer au tatoué

Les consignes de soins à informer au tatoué

Les consignes de soins à informer au tatoué

  • D’abord, il y a les soins à faire dans le but d’une cicatrisation de la plaie. On peut, pour ce faire, utiliser une crème ou une pommade : se laver les mains, les sécher, ôter le pansement puis, laver doucement le tatouage à l’aide d’un savon neutre, laisser sécher, appliquer ensuite la pommade désinfectante, antiseptique, décongestionnante et cicatrisante plusieurs fois par jour, pour enfin protéger à l’aide d’une compresse. Il faut absolument éviter d’enlever les croûtes qui se forment. En effet, ces dernières doivent tomber naturellement, ce qui annonce alors la fin de la cicatrisation. En cas de risques infectieux, toujours consulter immédiatement un médecin.
  • La cicatrisation peut aussi se faire en milieu humide, c’est-à-dire en appliquant un film polyuréthane. Ce mode de cicatrisation du tatouage est plus rapide et évite les risques d’allergies. Cette méthode permet également que le candidat se baigne (plage, piscine, etc.).

Quelques précautions à prendre

Quelques précautions à prendre

Quelques précautions à prendre

Les tatoueurs devraient être en connaissance de ces quelques précautions à prendre :

  • Si la personne à tatouer est atteinte de malaise vagal, il faut l’allonger sur le dos et surélever ses pieds tout en veillant à ce qu’elle reste ventilée. Il en est de même en cas d’hypoglycémie, mais en lui donnant en plus une boisson sucrée ou du sucre, ou quelques friandises.
  • Le protocole d’hygiène en ce qui concerne le port et le retrait des gants est toujours à suivre à la lettre
  • Pendant le remplissage des caps d’encre, le flacon et le pigment doivent être tenus loin des caps.
  • Les déchets doivent être triés et conditionnés ; la limite de remplissage du container de déchets ne doit pas être dépassée.
  • Il faut s’assurer que la date limite d’usage mentionnée sur les flacons d’encre ne soit dépassée
  • Le stockage de déchets à risque infectieux ne doit pas se faire dans l’enceinte du poste de travail.

Le protocole d’hygiène en ce qui concerne le port et le retrait des gants

Le protocole d’hygiène en ce qui concerne le port et le retrait des gants

Le protocole d’hygiène en ce qui concerne le port et le retrait des gants

Le port des gants d’examen nécessite tout de même des gants propres et désinfectées ; le port de bijoux est interdit. Les gants ne doivent pas être poudrés et sont à changer toutes les 30 minutes. Utiliser les gants pour manipuler du matériel autre que celui utilisé pour le tatouage est interdit.

Tout sur l’AES ou Accident Exposant au Sang

Tout sur l’AES ou Accident Exposant au Sang

Tout sur l’AES ou Accident Exposant au Sang

On risque un Accident Exposant au Sang en se piquant pendant l’acte ou pendant que l’on manipule les aiguilles. Pour y remédier, on doit faire saigner le point de piqûre sous l’eau courant afin d’en éliminer les éventuels bactéries et microbes pouvant causer une infection, ensuite, préparer une solution composée d’eau de javel diluée à 1/10. Laisser tremper la zone piquée pendant une dizaine de secondes dans la solution et consulter un médecin dans les plus brefs délais. Y signaler un AES en précisant si la personne avait une pathologie ou non.

Après le tatouage

Après le tatouage

Après le tatouage

Après la séance de tatouage, il faut démonter la machine à tatouer : les aiguilles, la buse, le manchon. Jeter ensuite les faisceaux composés de tiges et d’aiguilles dans le container dédié, puis, jeter également les manchons et les buses à usage unique. Si l’on utilise plutôt du matériel recyclable, il faut le tremper dans un produit pré désinfectant puis rincer à l’eau courante, juste après usage. On continue à nettoyer puis à pré désinfecter le matériel, mais cette fois dans un bac à ultrason, puis rincer à l’eau courante et terminer par la stérilisation. Le fauteuil et le plan de travail est à nettoyer systématiquement après chaque séance à l’aide d’un détergent- désinfectant de surface.

Outre le matériel, après la séance de tatouage, le tatoueur doit également s’assurer du suivi,  surtout lors de la phase de cicatrisation qui est extrêmement délicate. Il faut en effet vérifier si le résultat correspond aux attentes du candidat et effectuer les retouches au besoin. Il est tenu de conseiller sur les soins à prodiguer et les conduites à tenir, jusqu’à ce que le tatouage cicatrise mais aussi à vie, puisqu’un tatouage est à prendre soin durant toute la vie.

Vous pouvez la mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire